Amuzan deuxième édition.

Amuzan deuxième édition.

Édito

Amuzan est un défi médiatique proposé à toutes les écoles, collèges et lycées d’enseignement Français de la zone Amérique du Nord.
Sur un scénario et un thème partagé, les étudiants peuvent développer la bonne attitude face aux dérives informationnelles et médiatiques contemporaines.
La première édition a connu un véritable engouement, avec plus 250 élèves issus des établissements des États Unis et du Canada et s’est clôturée avec la remise du prix Désormeaux récompensant la meilleure production. (Lycée Rochambeau de Washington).
Cette année, l’équipe renouvelée a pour ambition de faire vivre aux étudiants une aventure pédagogique originale et motivante.
En effet le défi mettant en avant les habitants de l’Amérique du Nord au travers de leur sphère publique-privée est découpée en deux parties : une partie accompagnée et une partie de création de médias.

Mais qui est Allan L. Meadon?

Allan est un personnage virtuel, mais pas si artificiel d’un point de vue numérique et social.
Nous avons voulu donner vie à un avatar afin de créer un scénario pédagogique adaptable aux pratiques des jeunes. (Instagram).

Allan est un reporter, qui partagera son regard et ses opinions au travers de ses voyages. Il adoptera autant de bonnes pratiques que des publications nécessitant un accompagnement pédagogique en classe.

Pour information, Allan est généré par un algorithme du site https://thispersondoesnotexist.com/

La première partie du défi, sensibiliser les jeunes par du concret.

Nous publierons, à un rythme réaliste, des ressources pour pouvoir les intégrer dans une progression pédagogique de l’utilisation des médias. Ainsi vous pourrez vous appuyer sur les réseaux sociaux d’Allan afin de pratiquer l’ÉMI en classe.
Les enseignants seront avertis en amont du calendrier afin d’être à l’aise pédagogiquement.

Les grandes thématiques abordées sont :

  • Les droits (images-auteur)
  • L’information (validation-fakes-opinion)
  • publication, responsabilité-liberté d’expression-réputation

 

La deuxième partie du défi, la création !

 

Place aux étudiants et à leur esprit créatif. En effet, ils vont donner vie à un personnage d’Amérique du Nord, lui inventer un background et un univers via une production de médias originaux!

Ce personnage évoluant dans leur ville et communiquant via un ou plusieurs médias pourra avoir un un lien avec votre discipline (exemple : en Histoire Géo : un personnage public non-réel, en EPS un basketteur à la retraite…).

Les étudiants devront respecter un certain nombre de critères selon leur niveau, cf. cahier des charges.

L’organisation en schéma de la saison d’Amuzan

Inscrivez- vous! avant le 8 octobre!

 

image mise en avant: CC NC SA by Asaf Antman

Amuzan, deuxième volet, c’est parti!

Amuzan, deuxième volet, c’est parti!

 Jouer le rôle de journaliste

L’idée fondatrice d’Amuzan est de proposer aux étudiants du réseau AEFE d’Amérique du Nord, un défi médiatique à la fois simple et ambitieux, contextualisé et motivant.
Contextualisé car il prend en considération les particularités de notre zone géographique et l’âge des étudiants, motivant car il permet de réunir, d’échanger, de suivre et de partager entre tous les participants de la zone.

Pour ce 2e défi, nous vous proposons de vivre avec vos classes l’expérience du reportage. L’objectif est de présenter la singularité de l’établissement scolaire ou de porter un regard sur la vie quotidienne de mon établissement scolaire : moments de vie, architecture, portraits, ….

Cette activité permet de faire travailler aux élèves les objectifs d’Éducation aux Médias et à l’Information suivants : comprendre les modes de production des images et leur rôle, mettre en forme les informations en fonction du message que l’on veut véhiculer, justifier son point de vue via des témoignages ou des sources différentes.

Les productions peuvent être l’aboutissement d’un travail réalisé entre plusieurs classes. Les modalités d’organisation sont laissées à la discrétion des établissements.

L’objectif est de faire acquérir aux élèves les compétences attendues dans chaque catégorie proposée : cycle 3, cycle 4 et lycée autour d’une thématique aisément exploitable par tous : mon établissement dans la ville

 

Le second défi s’adresse à tous les enseignants qui veulent développer l’éducation aux Médias à l’Information, qu’ils réalisent déjà un média scolaire ou non.

 

Que dois-je faire pour participer ?

 

  1. Réunir un groupe d’étudiants, une classe… et produire un média en respectant les formats définis dans le règlement. Celui-ci est le résultat d’une réflexion commune réalisée par des collègues lors d’un stage de formation.
  2.  Remplir le formulaire d’inscription en ligne (bas de page) avant le 19 avril 2019.
  3. Partager les créations médiatiques avant le 14 mai 2019.
  4. Une fois inscrit, vous pouvez choisir de répondre au défi de façon autonome ou être accompagné. Les productions réalisées seront soumises à un jury afin d’apprécier leur qualité, leur originalité.

Rejoignez le défi et contribuez au développement des médias scolaires !

Le règlement

En résumé

Le thème est : Mon établissement dans la ville.
Il y a trois catégories: Cycle 3, Cycle 4 et Lycée.
Date limite d’inscription: 30 mars 2019.
Date limite d’envoi des productions: 14 mai 2019

Le règlement en détails

AmuZan 2018-cahiers des charges-2e étape

S’inscrire au projet

 

 

 

 

Les licences Créative Commons dans un cadre pédagogique.

Les licences Créative Commons dans un cadre pédagogique.

Droit d’auteur, médias, et pédagogie.

Une fois qu’un média est créé, l’œuvre est protégée automatiquement par le droit d’auteur. Nous devons donc lui demander son autorisation écrite afin de l’utiliser.
L’oeuvre, Une création pédagogique est ainsi protégée, et par nature, peut devenir un frein pédagogique.
L’honnêteté  intellectuelle s’invite alors au cœur du débat, l’œuvre réutilisée sans autorisation génère un sentiment de malhonnêteté  alors qu’une publication respectant l’auteur aurait valorisé ce dernier.

Dans le premier cas, les étudiants seront tentés de répéter la mauvaise pratique, nous devons lutter contre ce mimétisme social.

Utiliser les licences Créative Commons en classe.

Les licences créative commons en réponse au droit d’auteur répondent aux besoins pédagogiques relatifs à l’éducation aux médias.

Je vous propose une vidéo résumant le fonctionnement des licences CC.


Ainsi, en publiant des médias sous licence CC, les étudiants adoptent une démarche constructive, éthique et valorisante. La prise de conscience des licences CC luttent contre le piratage, les mauvaises pratiques et plus généralement à l’assainissement du web.

L’enseignant, l’adulte social de référence.

N’oublions pas, un enseignant est vu par les étudiants comme un modèle social de référence. Les documents créés devraient donc être éthiques, responsables et rayonnants.

Une approche progressive, pratique et pertinente:


Licence Creative Commons

Des liens.

Recherche d’images en CC.

https://search.creativecommons.org/

https://www.photosforclass.com/

Banque de vidéo en CC

https://www.videvo.net

https://archive.org/

liste de sites proposant des médias en CC

https://mediacommons.psu.edu/free-media-library/
https://unsplash.com

pratiquesprofs by julien bernard de Pp est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Icons made by Freepik from www.flaticon.com is licensed by CC 3.0 BY
j.bernard décembre 2017.

 

Le web 2.0 favorise t-il l’irrationnel?

Le web 2.0 favorise t-il l’irrationnel?

Image CC BY NC APPALACHIAN DREAMER

 

Internet modifiable?

CC by nc sa Dave lanovaz

Le web 2.0 (2003) est participatif et a engendré un nouveau rapport avec les internautes.
Renforcé par l’utilisation de matériels mobiles, les usagers deviennent informateurs d’un événement et alimentent le réseau à l’aide de sites collaboratifs.

Avec le « crowdsourcing », ou approvisionnement par la foule, le web 2.0 a un effet cumulatif avec les nombreuses productions de médias illustratifs.
Le Web social permet l’écriture collaborative au travers des blogs, forums, communautés et autres réseaux sociaux.

 

Internet irrationnel ?

CC by nc tom Backwell

Une des principales dérives du « crowdsourcing » est l’apparition sur le réseau d’un terrain propice aux théories conspirationnistes.
En effet, comme le souligne Gérard BRONNER dans son ouvrage « la démocratie des crédules 2013 » on retrouve sur la toîle des millefeuilles argumentatifs qui, justifiés par des arguments pseudoscientifiques, déstabilisent, impressionnent et alimentent l’irrationnel.

Charles FORT (écrivain américain du 20ème siècle) est un précurseur des millefeuilles argumentatifs, spécialiste des théories indéfendables comme « la terre est plate ». Sa méthode consiste à élaborer des raisonnements foisonnant d’arguments dont il confesse la fragilité. Il avoue mobiliser de manière anarchique ses données afin d’impressionner et de déstabiliser.

On parle alors de produit fortéen. Nous en retrouvons aujourd’hui un grand nombre sur le web.
Paradoxalement, les produits fortéens ne sont pas souvent démentis. Leur remise en question à l’aide de produits cognitifs rationnels dictés par une communauté de scientifiques ou d’experts souffre du paradoxe d’Olson. C’est la stratégie du “laisser faire les autres”. « Chacun ayant intérêt à laisser faire les autres pour obtenir un rapport bénéfices/coûts très avantageux, beaucoup s’abstiennent d’agir, de sorte que ce but collectivement désirable ne soit pas atteint.” (p. 84 – BRONNER 2013)

Pour conclure, l’arrivée du web 2.0, ou web-social, a rendue la toîle modifiable par tous et a contribué à l’émergence des publications irrationnelles.

Les théories conspirationnistes alimentées par de nombreux médias et d’arguments pseudoscientifiques engendrent des produits fortéens et entendent raison au rationnel moins soutenu sur la toîle.
En  classe il peut-être intéressant d’argumenter contre les controverses avec des arguments légitimes en publiant sur le web, nous y reviendrons dans l’article publier et esprit critique

Source : MOOC éduquer aux médias à l’heure du numérique ENS Cachan, « la démocratie des crédules de Gérard BRONNER, les œuvres de Charles FORT

 

j.bernard janvier 2018

Créer et animer une plateforme web-médias (radio, vidéo, images…)

Créer et animer une plateforme web-médias (radio, vidéo, images…)

Se lancer dans un projet médiatique…

Un groupe s’est formé et l’équipe est motivée, le projet est rempli de bonne volonté.
Je vous propose une check list pour garantir la faisabilité, éviter l’essoufflement et assurer la pérennité de la web-plateforme.

  • Avez-vous tout le matériel? ( en lien un document de vulgarisation sur la webradio)
  • Avez-vous un local?
  • Avez-vous un site web? ou une plateforme de diffusion?
  • Avez-vous les autorisations de diffusion sonore de tout les étudiants?
  • Avez-vous mis à disposition sur le site une charte et les CGU d’utilisation su site web
  • Avez-vous toutes les compétences techniques dans votre équipe, (câblage, utilisation d’une table de mixage, enregistrement, montage sonore, normalisation du son, exportation des fichiers, réseaux sociaux, site web…)
  • Avez-vous des émissions pré-organisé pour le lancement?

Combien de voix souhaitez-vous enregistrer simultanément
Cela détermine le nombre de microphones, de câbles associés, la table de mixage etc etc…

Souhaitez-vous enregistrer des émissions et les proposer à la demande ou diffuser en direct un flux?La question est déterminante, la solution la plus simple consiste à monter un site avec un CMS puis d’intégrer dans les articles les fichiers déposés sur des réseaux sociaux.
Cela a plusieurs avantages:
Les médias n’occuperont pas de mémoire sur votre espace Web.

Vous pouvez accueillir différents type de médias depuis les réseaux sociaux correspondants.
Il est possible d’associer du texte aux médias et ainsi réaliser un travail de rédaction.
La plateforme est assez facile à réaliser et l’administration peut-être déléguée aux étudiants.

En conclusion, utiliser une plateforme web issue d’un CMS offre plusieurs avantages. Sa simplicité et son évolutivité en font un outil polyvalent et adaptable à bien des situations. L’intégration des médias via différents réseaux sociaux multiplient les scénarios pédagogiques et les situations où vous donnerez du sens à L’EMI. Vous pouvez héberger votre site chez un fournisseur et stocker les données ailleurs.

Dans Un cadre scolaire, il est important de rédiger et de publier les CGU, de proposer une charte d’utilisation et d’être en possession d’autorisations parentales complètes.

Un exemple, radiomedias.com

Cependant vous pouvez diffuser un flux sur internet via un point de montage et ainsi programmer une playlist à l’avance ou en direct.

Cette solution est plus technique et demande des bonnes connaissances en linux et en serveur.Vous devrez sans doute créer un point de montage avec Icecast et liquisoap et streamer le flux via airtime

 

julien bernard, le 04/03/2018

 

De Lascaux au web 2.0, une brève histoire de l’information

De Lascaux au web 2.0, une brève histoire de l’information

Un peu d’histoire…

L’accès aux sources d’informations véhiculé par les médias nous renvoie à notre passé.

L’affiche peinte ou sculptée serait un des premiers médias, vecteur immuable, elle a complété au travers du temps et des chemins la tradition orale.

Cependant la première massification de l’information apparaît avec l’imprimerie au 15ème siècle.
Le livre véhiculé par les échanges commerciaux est les médias participera au voyage vers la Renaissance.
Il a fallu attendre le 17ème siècle et l’invention de l’imprimerie pour voir apparaître les premiers journaux d’informations, Théophraste Renaudot est présenté comme le premier éditeur de journaux. L’agence de presse fut créée en 1836 et va permettre de démocratiser l’information.

Nous avons vu apparaître :

La peinture et plus généralement l’art intimement lié aux médias, il servira également de moyen d’accéder à l’information.
L’affichage, l’une des plus anciennes sources d’information, est réutilisée au milieu des années 1900.
L’invention du cinéma marque un tournant car les médias simples dont la consultation par le destinataire est directe (ex : un journal, une revue, un livre, une affiche…), cèdent une partie de leur omnipotence au profit des médias de télédiffusion.

La radio et la télévision par l’intermédiaire des réseaux hertziens ou satellitaires répondent à un besoin de diffusion et d’information à grande échelle. Encore une fois l’information n’est que descendante et n’offre qu’un dégré limité de l’interactivité.
Enfin, il y a eu l’arpanet, le père de l’Internet. Initialement un projet universitaire puis militaire, Internet a réellement vu le jour dans les années 1990 grâce au progrès technique.

Plus communément appelé le WEB 1.0 est passif et unilatéral. L’utilisateur y trouve de l’information comme dans une bibliothèque. Aucune modification n’est possible et le savoir est visible de façon mondiale et instantanée.
Les médias et la publicité : un couple équivoque .

Patrick EVENO, (Maître de conférences à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne. ) écrit dans son ouvrage « le temps des médias » que « Publicité et médias apparaissent ainsi comme un couple aux intérêts souvent divergents mais nécessairement liés » et que la publicité est née dans les médias et par les médias. »

Je vous propose quelques dates clés du couple média/publicité :

Support de médias

Époque/Date/invention

Quel est le flux ?

L’enseigne, support peint ou gravé

Antiquité/moyen age

Le poinçonnage des poteries, l’enseigne commerçante.

Affiche, enseigne.

15ème siècle : l’imprimerie

Échanges commerciaux et financier, la parole et l’écrit.

Les journaux (la gazette, bureau d’adresse)

17ème :La presse.

Premières insertions publicitaires dans un écrit de journal

L’affiche

19ème

L’image, l’écrit

Le cinéma

1900

Publicité par l’image

La radio

1920

Image audio

La télévision

1940

La réclame

Internet

1989

Tout les médias

Le Web: un media jeune

Année

Evenement

1989

Première version du WEB

1990

Premier site intra créé (CERN)

1991

Le web devient mondial

1993

Création de la Général Public Licence

1997

Arrivée du Peer to Peer

1998

Création de Google

2001

Création de Wikipédia

2002

Création des licences Créatives Commons

2004

Création de Facebook

2005

Création de Youtube

2008

Création de l’iphone 3G

j.bernard

 

Le défi Amuzan

Le défi Amuzan

Jouer le rôle de journaliste

L’idée fondatrice d’Amuzan est de proposer aux étudiants du réseau AEFE d’Amérique du Nord, un défi médiatique à la fois simple et ambitieux, contextualisé et motivant.
Contextualisé car il prend en considération les particularités de notre zone géographique et l’âge des étudiants, motivant car il permet de réunir, d’échanger, de suivre et de partager entre tous les participants de la zone.

L’objectif est de faire acquérir aux élèves les compétences attendues dans chaque catégorie proposée : cycle 3, cycle 4 et lycée autour d’une thématique aisément exploitable par tous : la ville.

 

Le premier défi s’adresse à tous les enseignants qui veulent développer l’éducation aux Médias à l’Information, qu’ils réalisent déjà un média scolaire ou non.

 

Que dois-je faire pour participer ?

 

  1. Réunir un groupe d’étudiants, une classe… et produire un média en respectant les formats définis dans le règlement. Celui-ci est le résultat d’une réflexion commune réalisée par des collègues lors d’un stage de formation.
  2.  Remplir le formulaire d’inscription en ligne (bas de page) avant le 15 octobre 2018
  3. Partager les créations médiatiques avant le 20 décembre 2018 à minuit.
  4. Une fois inscrit, vous pouvez choisir de répondre au défi de façon autonome ou être accompagné. Les productions réalisées seront soumises à un jury afin d’apprécier leur qualité, leur originalité.

Rejoignez le défi et contribuez au développement des médias scolaires !

Le règlement

En résumé

Le thème est : Découvre ma ville.
Il y a trois catégories: Cycle 3, Cycle 4 et Lycée.
Date limite d’inscription: 15 octobre 2018.
Date limite d’envoi des productions: 20 décembre 2018
.

 

Cycle 3 Cycle 4 Lycée

Consigne : Produire de l’information sur ma ville à partir d’ image(s)
Les élèves font découvrir leur ville, l’architecture, la nature, la faune… à travers des images détournées ou non…

Objectifs : L’image peut-elle être un support d’informations ?  

Support à produire : photo + texte (support papier ou numérique) 

Exemple, China town à NYC ou Image de Shanghaï?

CC by Daniel Littlewood

Les élèves des autres établissements devront deviner s’il s’agit de vraies ou de fausses informations sur la ville.  Ces images seront accompagnées d’un texte descriptif, d’une question,  d’une interrogation.  

Consigne :  Produire une vraie et /ou une fausse nouvelle sur ma ville.

Objectifs : Questionner sur les sources d’informations.  

Support : Texte+photo, vidéo, audio…

  Exemple: Surf à Montréal !

CC by erica frank

Produire de l’information et amener les élèves a utiliser leur esprit critique en produisant de l’information contre les clichés et stéréotypes.

Les élèves font deviner aux élèves des autres établissements leur ville et ses modes de vie par des informations.

Consigne : produire  une fausse nouvelle (fake news) sur ma ville .  

Exemple: Un tigre s’est échappé à Houston!

CC by Dive officer

Objectifs :  

Questionner  les sources d’informations .
Comprendre les codes des fakes news.
Travailler l’argumentation.
Comprendre les modes de production et le rôle de l’image  

Support : vidéo : réaliser une production audio-visuelle scénarisée (journal télévisé, reportage thématique)  

Le règlement en détails

AmuZan-cahiers des charges

S’inscrire au projet